Actualité de l’industrie

Restez branchés sur toutes les nouvelles de l’industrie du véhicule électrique !

Abonnez-vous à notre infolettre

Informer les consommateurs et faire connaître les artisans de cette industrie est au coeur de nos préoccupations. Abonnez-vous à notre liste d’envoi et soyez à l’affût des événements et des nouveautés qui concernent la mobilité électrique.

Faites-nous parvenir vos nouvelles

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos communiqués, et ce, gratuitement. Vous offrez un nouveau produit ou service, vous organisez un événement, vous faites des nouvelles acquisitions, vous décrochez de nouveaux contrats, vous avez des nominations de personnel ou autres, n’hésitez pas, vos nouvelles nous intéressent ! Suggérez-nous une nouvelle. 

Pour les professionnels de l'industrie, rejoignez votre marché en vous donnant une visibilité sur nos plateformes. Cliquez pour télécharger la carte de tarifs.
mardi 5 février 2019

Benoit Charette « tiendra compte » du projet de loi climatique présenté par Dominic Champagne

Le ministre de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, a refusé lundi de s’engager à déposer un projet de loi pour obliger le gouvernement du Québec à respecter ses engagements climatiques.

Il a toutefois promis qu’il « tiendra compte » du projet de législation élaboré par les instigateurs du Pacte pour la transition.

Lundi matin, six anciens ministres de l’Environnement du Québec ont publié une lettre dans laquelle ils pressent le gouvernement de François Legault de faire adopter le projet de loi qui lui a été soumis en décembre par le metteur en scène Dominic Champagne, à l’origine du Pacte pour la transition.

En vertu de ce « Projet de loi visant à assurer le respect des engagements climatiques du Québec », le gouvernement serait légalement tenu de respecter les cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), dont une baisse de 37,5 % d’ici 2030, par rapport à 1990. Cette législation obligerait ainsi l’État québécois à prendre des décisions « cohérentes » avec l’atteinte des cibles, notamment lorsque vient le temps d’approuver des projets routiers ou industriels qui risquent d’alourdir le bilan de GES de la province.

Lire la suite dans ledevoir.com

 

<< Retour aux nouvelles

+ Partager